Rechercher
Generic filters
Rechercher
Generic filters

La stratégie du choc selon Naomi Klein

La stratégie du choc est le nouveau visage du capitalisme. Dans La Stratégie du choc, la journaliste altermondialiste canadienne Naomi Klein compare les politiques économiques néolibérales des dernières décennies à un lavage de cerveau. Sa thèse est que les élites capitalistes occidentales exploitent les crises (politiques, économiques, environnementales, etc.) afin de s’enrichir au détriment de la population.

L’amoralité du capitalisme selon Comte-Sponville

La stratégie du choc est inspirée par un traitement psychiatrique. La réflexion de Naomi Klein prend pour point de départ des expériences psychiatriques menées au début des années 1950. Alors, le psychiatre américain Donald Ewen Cameron pense pouvoir effacer l’esprit de certains de ses patients, en faire une « page blanche », en leur infligeant des électrochocs répétés. Cette nouvelle méthode maintient l’esprit humain dans un état de choc (d’où le nom de « stratégie du choc »). Naomi Klein explique que cet état quasi végétatif de grande fragilité psychique doit permettre au psychiatre d’atteindre son but dans un second temps : reconstruire la personnalité de l’individu. Pour ce faire, il l’isole ; il le soumet à des messages enregistrés lus en boucle ; il le prive de toute simulation sensorielle. Or, la CIA s’intéresse à ces expériences de lavage de cerveau. « Ils [les patients], rapporte la journaliste, étaient allés voir Cameron pour obtenir un soulagement de troubles psychiatriques mineurs — dépression post-partum, anxiété, et même pour obtenir de l’aide pour faire face à des difficultés conjugales — et ils avaient été utilisés, à leur insu et sans leur permission, comme cobayes humains pour satisfaire la soif d’informations de la CIA sur la façon de contrôler l’esprit humain » (La Stratégie du choc). Les services secrets américains appliquent alors les travaux de Cameron dans leurs interrogatoires. Naomi Klein estime que la logique de ces travaux a également inspiré les économistes ultralibéraux.

Les mensonges de l’économie selon Galbraith

Naomi Klein lie la stratégie du choc à l’ultralibéralisme

La stratégie du choc sert l’ultralibéralisme. Naomi Klein affirme qu’elle est la stratégie privilégiée du capitalisme occidental depuis la fin des Trente Glorieuses, lorsque l’ultralibéralisme devient le paradigme économique de référence. Concrètement, la stratégie du choc consiste à profiter d’un état de choc, d’une grande fragilité psychologique de la population, afin de la faire consentir à une action publique visant à privatiser une grande partie de la richesse publique. Pour qualifier cette nouvelle manière de faire du profit, la journaliste parle d’un « capitalisme du désastre » : « j’appelle « capitalisme du désastre » ce type d’opération consistant à lancer des raids systématiques contre la sphère publique au lendemain de cataclysmes et à traiter ces derniers comme des occasions d’engranger des profits » (La Stratégie du choc). Elle décrit la répétition des crises — dont elle estime que certaines sont créées — et la progression de l’emprise du secteur privé dans des sphères qui relevaient autrefois du secteur public. Elle considère que l’application des théories économiques ultralibérales de Milton Friedman au Chili dans les années 1970 constitue l’exemple emblématique de l’administration d’une « thérapie de choc » économique. En effet, les conseillers ultralibéraux de Pinochet l’ont poussé à brutalement libéraliser l’économie : privatisations, déréglementation de la finance, ouverture aux échanges extérieurs, réduction des dépenses sociales, etc. Naomi Klein avance que la réaction aux attentats du 11 septembre 2001 relève également de la théorie du choc, car la peur de la population a servi à privatiser la lutte contre le terrorisme.

La prospérité du vice selon Daniel Cohen

La stratégie du choc dessert les populations. Naomi Klein montre que l’enrichissement privé par l’instrumentalisation de l’État a des conséquences désastreuses — d’où le nom de « capitalisme du désastre » — pour les gens ordinaires. Elle étaie sa thèse en reprenant l’exemple emblématique de la libéralisation du Chili de Pinochet. En premier lieu, l’application des théories des Chicago Boys (les disciples de Milton Friedman, qui a fondé l’« École de Chicago) n’a pas amélioré les indicateurs économiques : dans l’immédiat, les prix ont augmenté, les salaires ont diminué, et la production s’est contractée ; au début des années 1980, l’hyperinflation est revenue, la dette publique a explosé, et près d’un tiers de la population active était au chômage. Naomi Klein présente également l’exemple de la transition de la Russie du communisme au capitalisme. Le développement d’un capitalisme sauvage piloté par des économistes libéraux a coûté la vie à 10 % de la population : « En Russie, écrit-elle, la décroissance démographique est en effet spectaculaire — le pays perd en gros 700 000 habitants par année. Entre 1992 (première année complète d’application de la thérapie de choc) et 2006, la Russie a perdu 6,6 millions d’habitants » (La Stratégie du choc). Enfin, la guerre en Irak a, elle aussi, permis l’implémentation d’une stratégie du choc. Naomi Klein dénonce le fait que la reconstruction du pays confiée à des entreprises étrangères (essentiellement américaines) a entraîné une grande précarisation de la population, ce qui a nourri la criminalité et le fondamentalisme religieux.

La grande désillusion selon Stiglitz

Vous n'avez pas besoin de passer votre vie dans les livres.

Découvrez les 5 secrets des personnes les plus cultivées.

Qui est Romain Treffel ?

Passionné par les idées, je veux vous aider à mieux comprendre votre existence grâce au meilleur de la pensée. C’est dans cet esprit que je travaille à rendre les grands concepts plus accessibles et les grands auteurs plus proches de nous.

Passé par l’ESCP, la Sorbonne, et l’École Normale Supérieure, j’aide également les étudiants à réussir les épreuves littéraires des concours des grandes écoles.

Vous n'avez pas besoin de passer votre vie dans les livres.

Vous n'avez pas besoin
de passer votre vie
dans les livres.

Découvrez les 5 secrets des personnes les plus cultivées.

Nous utilisons des cookies pour gérer ce site web et comprendre comment vous l’utilisez. Consultez notre politique en matière de cookies en cliquant ici.